Pages

mercredi 18 avril 2012

Les enfants : ça commence.

J'étais chez un ami hier et il m'est arrivée un truc un peu embarrassant.
Cet ami, comme tout le monde maintenant (voir post précédent) est au courant de ma situation mais pas sa fille de 5 ans.

Alors qu'on était à table, sa fille regarde mes mains et sort "T'es un garçon mais t'as des ongles de fille !".

Heuuuuu... Gros blanc de tout le monde...
Puis rapidement enchaîner sur quelque chose.

En plus, mes ongles, ils sont normaux :-) Ok, un vernis transparent pour les durcir et éviter qu'ils ne cassent.

Et je sais pas, la gamine devait m'en vouloir mais un peu plus tard, je pose mon GSM sur la table et là elle me sort "C'est ton téléphone?" - "Ben oui!" - "Mais c'est un téléphone de fille!" - "Ah..."
Heuu, c'est un bête GSM blanc tout ce qu'il y a de plus classique !

Bref, ça se complique...

mardi 17 avril 2012

Tout le monde est au courant !

Enfin presque :-)

Ce week-end a été très mais alors très très chargé en émotion : j'ai fait mon coming-out général!

Plus le temps passe et plus j'ai du mal à cacher ma transidentité. Pas d'un point de vue physique mais d'un point de vue moral. Cette sensation de mentir à tout le monde devenait insupportable et je ne pouvais plus continuer ainsi.

Ce poids énorme me pesait tellement que j'ai très sérieusement pensé au suicide. D'ailleurs, j'étais partie pour le faire, tout était prêt.

Puis, je ne sais comment, l’instinct de survie peut-être, je ne l'ai pas fait. Mais je n'allais pas mieux pour autant, loin de là. En plus, mes autres problèmes devenaient ingérables.

Ce week-end, j'ai décidé de prendre le taureau par les cornes et d'annoncer à tout le monde ma transition.
Quelques mails et un message sur Facebook plus tard, l'information circulait.

J'avais très peur de la réaction de mon entourage proche ou moins proche. Je ne savais pas du tout comment tout ce beau monde allait réagir. Je n'ai pas osé regarder, je me suis déconnectée et j'ai réparé un eeePC pour m'occuper l'esprit.

En fin d'après-midi, je suis retournée sur Facebook et j'ai vérifié mes mails. Ce fut la surprise totale : des messages à n'en plus finir (enfin, si, quand même :-) ). Des messages de soutien et de compréhension. J'en ai pleuré tellement c'était beau !

Aujourd'hui encore j'en reçois. Et j'en suis à chaque fois émue.

Bien sûr ça ne règle pas mes autres problèmes et je suis toujours fragile, mais tout ce soutien m'a redonné l'envie de continuer.

Aujourd'hui je me sens libérée d'un poids énorme, j'ose parler plus facilement. J'arrive à sourire. J'assume un peu mieux qui je suis et j'espère que ça va continuer dans cette voie.