Pages

jeudi 6 septembre 2012

Première visite chez le psychiatre

Grâce à Solène (encore merci :-) ), j'ai eu l'adresse d'un psy.
J'ai eu quelques difficultés à le joindre mais j'ai fini par y arriver.

J'ai eu un rendez-vous très rapidement et j'y suis allée mardi.
Je n'ai pas grand chose à dire si ce n'est que ça s'est super bien passé.  Il m'a l'air sympa et comprend très bien ma situation.

Cette première séance faisait plus dans les présentations qu'autre chose, on verra donc lors des prochaines séances ce qu'il va se dire mais ça me semble bien parti.

Il devrait également me faire une attestation pour mon changement de prénom.  Je l'attends avec impatience pour commencer les réjouissances :-)

D'ailleurs, d'après lui, je vais devoir, comme en France, prouver que je vis déjà avec mon nouveau prénom.  Je vais donc devoir stocker le courrier envoyé à Sarah... juste que je n'en ai pas encore beaucoup !
Je ferai peut-être appel à vous prochainement, ne partez pas trop loin, on ne sait jamais ;-)

Ah oui, et les personnes proches de mon entourage devront, si ils acceptent cette mission, attester par écrit que je vis bien en femme en permanence.  Curieuse de voir qui va faire ça ;-)

Les choses ont donc l'air d'avancer encore un peu mais je ne me réjouis pas trop vite, j'attends d'abord de voir si ce n'est pas une fausse alerte.
D'autant plus que j'ai le moral encore fort fragile et que la moindre petite chose peut me faire replonger... comme la gentille remarque de ma mère il y a quelques jours mais je ne préfère pas en parler.

samedi 1 septembre 2012

Je dois prendre de la testostérone !

Comme tous les 3-4 mois, j'ai fait ma prise de sang et me suis rendue chez le médecin qui suit mon THS.

Les résultats n'étaient pas trop bons cette fois-ci.  Beaucoup trop d'oestrogènes !  Le problème ne se situe pas dans le dosage en lui-même mais dans ma perte de poids.  J'ai quand même perdu plus de 20kg depuis le début du traitement et le corps assimile différemment les oestro.  Du coup, mon taux a explosé et il a fallu diminuer le dosage.

Jusque là, c'est pas trop grave : de 8 pressions, je suis passée à 6.

Là où ça se corse c'est au niveau de mon taux de testostérone.  Depuis le début du traitement, j'en ai tellement peu qu'il n'est pas dosable.
Il faut dire qu'avant le début du traitement j'avais déjà un taux trop faible pour un homme.  Du coup, avec le THS, je n'en ai quasi plus.
Est-ce que les oestrogènes détruisent la testo ou est-ce que mon corps a décidé de ne plus en fabriquer ?  Je n'en sais rien.
Toujours est-il que je dois prendre de la testostérone car mon médecin dit qu'il est important d'en avoir un tout petit peu.  D'après lui, la testo empêche les dépressions et donne du tonus.

Ok, niveau dépression, je suis plutôt servie en ce moment.  C'est vrai que côté tonus, c'est pas glorieux non plus.  Mais je doute fort que mon moral s'améliore parce que je prends de la testo.

J'ai acheté les médocs.  Ils sont là, sur l'étagère.  Mais je n'ai pas encore eu le courage d'en prendre.  Non seulement ça me semble contraire à mon THS qui, justement, vise à réduire le taux de testo mais en plus j'ai peur de revenir en arrière sur certaines choses, comme les poils par exemple.

Je n'ai pas encore fait le tour des forums (que je visite rarement, je l'avoue) mais je pense être la première MTF a avoir une prescription de testo !

Je suis sortie de là, et plus tard de la pharmacie, complètement déprimée !
Et j'hésite vraiment à prendre ces médicaments.  Le médecin m'a dit que la dose prescrite est extrêmement faible, plus faible que ce qu'on prescrit à un femme cisgenre.  Mais ça ne ma rassure pas du tout !